Revivez les dix ans du Festival en image, ou
découvrez le programme 2019.


  • Le pianiste François-Xavier Poizat a l’idée de créer un festival dans la commune où il a grandi. Il est rejoint par le clarinettiste Damien Bachmann et ils fondent, à 20 ans, l’Association Puplinge Classique. Les deux amis, accompagnés par la violoncelliste Nadège Rochat, donnent en trio le premier des 4 concerts de l’édition d’origine. Il y a chaque soir au maximum trois musiciens sur scène seulement.

  • Tonnerre ! Près de 400 personnes se pressent au concert d’ouverture du duo pianistique Poizat & Schwizgebel. Ils introduisent une seconde édition comprenant 8 concerts avec notamment l’Orchestre des Jeunes de la Suisse Romande et le Quatuor Sine Nomine. Ces derniers reviendront ensuite chaque année jusqu’en 2017, toujours accompagnés de brillants solistes.

  • Le Festival éclot tranquillement, avec cette fois 11 concerts et une internationalisation notoire du côté de la programmation. Des artistes venant de Russie, d’Israël ou de Corée du Sud, viennent briller pendant cette programmation, aux côtés de musiciens comme le Quatuor Aviv ou le pianiste François Dumont.

  • Les 14 concerts de l’édition 2013 comportent notamment le premier orchestre professionnel invité, le National Chamber Orchestra of Armenia, qui se produira à nouveau pendant 4 éditions. Le Quatuor Terpsycordes et le violoniste Andrey Baranov jouent également pour la première fois au Festival, alors qu’un ensemble formé pour l’occasion sous la baguette de Philippe Béran donne l’Histoire du Soldat de Stravinsky.

  • Un été intense, avec pas moins de 18 concerts, dont un grand gala au Victoria Hall où plus de 1000 personnes applaudissent debout un concert à quatre pianos et orchestre fêtant les 5 ans du Festival, qui signe avec éclat son entrée dans la cour des grands. C’est lors de cette année phare que le Festival trouve véritablement son identité et qu’il s’enracine dans la vie culturelle genevoise.

  • Cette édition trouve la formule optimale : 12 concerts, dont la moitié payants et l’autre moitié gratuits. La moyenne des auditeurs présents double par rapport aux éditions précédentes. Le flûtiste Sébastian Jacot, le violoniste Tedi Papavrami ou encore la pianiste Anna Vinnitskaya en sont les acteurs. Le Jazz fait aussi ses premières apparitions avec le chanteur Pascal Chenu ou le pianiste Moncef Genoud.

  • Une magnifique édition avec comme nouveaux arrivants la Berliner Camerata, le récitant Alain Carré, les violonistes Svetlin Roussev et Alissa Margulis, les violoncellistes Alexander Buzlov et Lionel Cottet…

  • Le célèbre philosophe Michel Onfray accepte d’être le président d’honneur de cette 8ème édition, ce qui inspire les directeurs artistiques à offrir des concerts qui offrent en plus de la belle musique, une certaine réflexion. Une série de concerts expérimentaux (« Klangwerkstatt ») est lancée : le festival joue la carte de l’audace et de la créativité.

  • La Camerata du Léman, le joueur de flûte de pan Michel Tirabosco, la récitante Leili Anvar, l’Orchestre de la Nouvelle Europe, le Casal Quartet ou encore le Quatuor Louvigny sont les nouveaux noms d’une programmation prestigieuse sur laquelle repose cette magnifique 9ème édition. Le 100ème concert du Festival a lieu lors de cette édition, et la suivante célèbrera en grande pompe les 10 ans de cette aventure musicale et humaine.